Qualys

Security CommunityLa communauté des experts sécuritéen savoir plus

SecurityVibesQualys Community

Main Content

Left content

Le BYOD au delà de la technique

auteur de l'article Jerome Saiz , dans la rubrique Produits & Technologies

Mobiles Devices

Les collaborateurs de l’entreprise peuvent-ils travailler avec leur propre smartphone ou leur propre ordinateur mobile ? C’était le thème de la conférence animée par SecurityVibes à l’occasion de la dernière édition des Assises de la Sécurité.

Si l’on en croit la tendance, la question ne se pose plus vraiment : ils le font malgré tout ! Et il n’est désormais pas un RSSI qui ne soit, ou ne sera, confronté à la tendance du BYOD (Bring Your Own Device) dans son entreprise. Selon une étude d’IDC aux Etats-Unis, en 2009 43% des cadres américains utilisaient déjà un équipement personnel sur le réseau de l’entreprise. Selon Michel Juvin, Group Information Security Officer pour Lafarge, la tendance s’accélère même : « auparavant cela arrivait par le haut (les VIP, ndlr), mais désormais c’est une tendance générale« .

Beaucoup de RSSI ne considèrent cependant encore la question que sous un angle technique, alors que la réalité est plus complexe : accompagner le BYOD dans l’entreprise pose avant tout des questions sociales et juridiques. « Ne nous y trompons pas : c’est un projet RH avant d’être un projet technique« , assène Mahmoud Denfer, Group Information Security Officer pour Vallourec.

Sur le front social, d’abord : travailler avec ses équipements personnels permet de travailler partout, et surtout tout le temps (le BYOD amène d’ailleurs rapidement à la problématique du télétravail). L’entreprise y gagne, bien entendu, mais pour ses collaborateurs une telle liberté est à double tranchant. Selon le professeur Dan Véléa, psychiatre, il n’est pas rare que cela conduise les salariés à se construire une image idéalisée de collaborateur actif grâce à la technologie, y compris dans sa vie privée. Mais maintenir cette image de soi en permanence exige des efforts dont tous ne sont pas capables, et qui s’avère usante. Lorsque la carapace se fissure, le collaborateur tente malgré tout de maintenir cette image de soi en accélérant le pas, et le burn-out n’est alors plus très loin. Il est donc nécessaire d’avoir une véritable politique sociale d’entreprise capable de détecter cette tendance et de la contrôler. Selon le professeur Véléa, l’entreprise serait d’ailleurs gagnante à long terme en retenant ainsi ses collaborateurs.

A noter que selon Hélène Legras, CIL chez Areva, « la loi autorise un salarié à travailler sur son temps libre autant qu’il le souhaite, mais l’inverse n’est pas vrai et il ne peut prétendre s’occuper à des tâches personnelles autant qu’il le souhaite sur son temps de travail« . La balance ne penche donc pas en faveur du salarié, mais bien de l’entreprise. Il est donc d’autant plus de sa responsabilité de veiller à ce que s’opère un équilibre sain, même si cela sera de toute façon toujours en sa faveur (et c’est bien là l’un des intérêts du BYOD pour les entreprises !)

Du côté juridique, le BYOD évolue encore dans un flou artistique. Se pose en premier lieu la question de l’officialisation de la chose. Modification du contrat de travail ? Du règlement intérieur ? De la charte informatique ? « On ne peut dire à ce jour que le BYOD doit entraîner une modification du contrat de travail ou du règlement intérieur. En revanche il faut l’encadrer dans une charte informatique, qui doit devenir une charte numérique du fait de l’évolution des technologies« . Ainsi le BYOD offre l’opportunité de mettre à jour la charte informatique afin qu’elle encadre aussi l’usage des réseaux sociaux et, plus globalement, le comportement des salariés sur la toile lorsqu’ils traitent de leur vie professionnelle (nous vous renvoyons pour cela à notre article consacré à l’élaboration des chartes des médias sociaux en entreprise).

Concernant le BYOD, l’un des objectifs d’une telle charte sera notamment de permettre l’installation d’une solution de gestion ou de protection des données par l’entreprise sur le terminal personnel.

 

Vous avez aimé cet article?

Cliquez sur le bouton J'AIME ou partagez le avec vos amis!

Notez L'article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
4 avis - 4,50 / 5

Participez ou lancez la discussion!

Right content

En bref

Newsletter gratuite

Suivez-nous…

Outils gratuits

SSL Labs

SSL Labs

Testez votre implémentation de SSL.


Freescan

FreeScan

Scannez votre réseau pour détecter les vulnérabilités et les malwares.


BrowserCheck

BrowserCheck Business Edition

Evaluez la sécurité des navigateurs au sein de votre entreprise.


Malware Detection

Malware Detection

Scannez vos sites web pour détecter les malwares et les menaces web